Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

WEBLIFE

Au service de mon enfant

Jusqu'à il y a encore peu de temps j'ai réalisé que j'avais l'impression d'être au service de mon enfant. Carrément. Moi, qui suis une femme indépendante, qui vis ma vie sans avoir besoin de l'approbation des autres, je me retrouve "au service" de quelqu'un. Impensable quand bien même il s'agit d'un être que j'ai désiré et mis au monde ! Le constat a été brutal et dur à admettre mais bénéfique car je me suis alors demandé comment je pouvais "reprendre le contrôle" et transformer la situation en quelque chose de plus équilibré.

Évidemment cette réflexion m'a pris du temps et plusieurs facteurs m'ont aidés. Le temps déjà à jouer pour beaucoup : j'ai appris à apprivoiser ma fille et à mieux la comprendre, elle a passer le stade des pleurs de frustration grâce à un meilleur rapport éveil/motricité, nous avons une routine qui nous rassure toutes les deux la journée (du moins je trouve) et avec le papa nous avons une meilleure organisation la nuit, le repos aidant beaucoup également. Avec ce recul et ce repos j'ai réussis à reprendre le dessus et à tirer le meilleur de ce temps passer avec elle.

Au service de mon enfant

Aujourd'hui j'arrive de mieux en mieux à lâcher prise et à ne pas tomber dans le négatif. J'essaie de toujours voir le bon côté d'un moment ou d'une journée et surtout de m'écouter. Grâce à cela j'ai appris qu'il est possible de faire des activités qui me font plaisir en intégrant ma fille. Alors oui je répond toujours à ces besoins lorsqu'elle les fait ressentir mais je prend aussi en compte les miens ! Cela passe par des activités au quotidien et je fais au mieux pour l'intégrer.

Elle demande mon attention : je remet à plus tard ce que je fais pour passer du temps ensemble sur son tapis d'éveil. Ce qui me paraissait avant comme une frustration de devoir arrêter mon activité pour répondre à son besoin, je le vois aujourd'hui comme le signal pour changer d'activité et profiter au mieux d'elle lorsqu'elle est le plus disponible. Objectivement jouer ensemble me faisais envie, autant le faire à un moment où elle en a envie aussi. Et la frustration disparaît. Parfois c'est elle qui donne le top départ d'une activité et parfois c'est moi. 
Elle est agitée et ne se calme pas dans mes bras : je décide que c'est le moment idéal pour aller faire une balade ensemble. Je sais maintenant que sortir me fais du bien or quand elle dort j'en profites pour faire les choses qui sont plus vite achevés sans elle ou me reposer, j'attends alors qu'elle soit plus éveillée pour qu'elle en profite au mieux avec moi. Ça la calme, lui change l'air et les idées et à moi aussi !

Toutes ces choses font partie de mon panel que je mets en place lorsque je sens qu'un moment "m'échappe" (quand elle pleure ou est agitée sans raison apparente). Encore une fois cela me permet de garder un minimum de contrôle et ça lui donne une constante : ce sont toujours les mêmes trucs, elle n'est donc pas surprise. Si rien ne marche je sais que la raison est plus profonde et je peux alors chercher une explication médicale par exemple. Maintenant que je connais bien ma fille je sais comment elle réagit à telle ou telle réponse de ma part et j'ai appris à comprendre ses besoins au fil d'une journée, c'est comme cela que j'ai créé notre routine quotidienne en lui proposant les mêmes activités aux mêmes moments d'un jour à l'autre. Je suis d'ailleurs persuadée que ça va l'aider une fois qu'elle ira chez son assistante maternelle où les journées seront rythmées globalement toujours de la même façon en fonction des enfants. Car oui j'ai mis deux mois et demi à apprivoiser ma fille, à créer une routine pour que dans moins d'un mois mon monde change à nouveau avec la reprise du travail mais sur ça aussi j'essaye de lâcher prise !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article